Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités

Détail de l'actualité

Les flux rss du site Services proagri Pays de la LoireImprimer la page

Stocks fourragers : sont-ils suffisants ? (72)

L’année 2018 a été marquée par un printemps très humide et une saison estivale sèche entrainant une récolte des ensilages de maïs précoce.

Ces conditions ont entraîné une sortie tardive des animaux et une complémentation importante à l’auge dès que la pousse de l’herbe était moindre.

Les stocks fourragers ont été pénalisés.

L’ensilage de maïs passé, un bilan fourrager vous permettra de savoir si les stocks actuels sont suffisants pour nourrir les animaux jusqu’à la prochaine récolte ou si des solutions sont à envisager comme l’implantation de dérobés  en vue de les récolter au printemps. A vos calculettes !

Vu les conditions climatiques particulières, un bilan de la situation fourragère est indispensable :

  • Combien de stocks fourragers ai-je pour l’année 2018-2019 ?
  • Quels sont les besoins du troupeau pour l’année à venir ?
  • Ai-je suffisamment de stocks pour nourrir mes animaux ?
  • Ai-je besoin d’implanter des dérobés pour combler un potentiel manque de fourrages pour l’année à venir ?

Un bilan fourrager a pour objectif de mesurer l’état des stocks de fourrages et de les comparer aux besoins du troupeau pour une période donnée. La difficulté concerne l’incertitude du rendement en herbe à venir à l’automne et au printemps 2019.

Etape n°1 : Estimation de stocks de fourrages actuels

Il faut tout d’abord commencer par évaluer les stocks disponibles actuellement en ensilage, foin, paille. Cette évaluation nécessite de convertir les stocks en tonnes de matières (tMS).

Etape n°2 : Estimation de la pousse de l’herbe

En fonction de la zone géographique de l’exploitation et de la nature des prairies, une estimation du rendement peut être réalisée (voir la carte de zonage). Sur la zone nord du département, on peut espérer une production d’herbe valorisée de l’ordre 7,2 tMS sur un an ; dans la zone centre, 6,6 tMS et dans la zone sud, 5,6tMS.

Etape n° 3 : Evaluer les besoins des animaux

Il convient ensuite de connaître ses consommations de stocks fourragers pour l’année à venir. Pour cela, un recensement des besoins des animaux à nourrir est nécessaire : vaches laitières, taries, génisses, animaux de viande.

Pour réaliser un état des lieux entre les stocks et les besoins, télécharger le document.

Etape n°4 : Comparer l´état des stocks avec les besoins

La dernière étape consiste à comparer les besoins et les stocks.

Si les stocks sont supérieurs aux besoins, quelle marge ai-je ?

  • Si le résultat est positif et la marge est supérieure à 10 %, les stocks semblent suffisants pour passer l’année.
  • Si le résultat est positif et la marge est comprise entre 0 et 10 %, les stocks semblent certes suffisants, mais attention tout de même… La marge de sécurité est faible voire nulle. Des dérobés peuvent être implantés pour sécuriser le système

Si les stocks sont inférieurs aux besoins, quelles solutions s’offrent à moi ?

  • Le maïs ensilage sera distribué en priorité aux vaches laitières. Le foin et/ou la paille pourront constituer le principal fourrage grossier pour les animaux en croissance (génisses notamment) associé à une complémentation plus soutenue.
  • L’achat de fourrages ou d’aliments de substitution peut être envisagé.
  • L’implantation de dérobés à récolter au printemps pour nourrir les animaux jusqu’au prochain ensilage de maïs.


Dans tous les cas, il est très important d’avoir 1 à 3 mois de stocks d’avance. Après une année 2018 où les stocks ont été amoindris, vous pouvez envisager d’augmenter votre surface en maïs sur l’assolement 2019 pour constituer de nouveaux stocks.

Les conseillers de la Chambre d'agriculture sont à votre disposition pour toutes précisions :