Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > Etude IPSOS : MesParcelles, outil d'aide à la décision favori des agriculteurs !

Etude IPSOS : MesParcelles, outil d'aide à la décision favori des agriculteurs !

Les flux rss du site Services proagri Pays de la LoireImprimer la page

Une enquête IPSOS réalisée en janvier 2021 montre que 43 % des agriculteurs se tournent vers le conseil technique des Chambres. Concernant MesParcelles, cette étude montre que l'outil est connu par un tiers des agriculteurs et utilisé par presque 1/4 d'entre eux. L'outil Mes Parcelles arrive largement en tête pour la notoriété et l'usage.

Deux enquêtes ont été réalisées par IPSOS pour le compte de plusieurs acteurs du monde agricole, la première enquête en ligne fin 2020 auprès de 1 032 agriculteurs et une deuxième par téléphone, début 2021 auprès de 800 agriculteurs. Les résultats complets sont attendus incessamment, mais quelques résultats sont déjà disponibles.

L'outil MesParcelles arrive largement en tête pour la notoriété et l'usage

Avec 33 % de notoriété, MesParcelles est le système de gestion parcellaire le plus connu, très loin devant les autres opérateurs (SMAG/ATLAND à 20 % et ISAGRI/GEOFOLIA à 16 %). Il est également le plus utilisé puisque 22 % des agriculteurs déclarent l'utiliser, les autres opérateurs réunis faisant le même score ; 57 % des agriculteurs déclarent n'être pas équipés. C'est bien entendu un excellent score qui porte l'ambition de MesParcelles d'être le fer de lance numérique des Chambres d'agriculture.

Les agriculteurs plébiscitent le conseil des Chambres en particulier sur le plan technique

Quand on les interroge sur leurs besoins en conseil pour les 5 ans à venir, 43 % des agriculteurs, toutes filières confondues, déclarent vouloir se tourner vers leur Chambre d'agriculture pour le conseil technique, contre 33 % vers leur coopérative ou négoce, et 25 % vers un conseil privé. Pour les exploitants en grandes cultures, ils sont 49 % et même 65 % pour les viticulteurs.

La première enquête, en ligne,  a permis aux Chambres d'agriculture de cerner d'avantage les besoins et les attentes  des agriculteurs

Les agriculteurs sondés :

  • sont incertains sur les pratiques de demain mais qui rêvent cependant d'agriculture 2.0, en comptant sur l'exploitation de la big data et sur l'automatisation des tâches agricoles, notamment celles liées aux capteurs et objets connectés ;
  • se projetent sur les pratiques respectant l'environnement et en lien avec les modes raisonnant l'utilisation des produits phytos : agriculture de précision, AB ou agroécologie, au détriment du conventionnel et même du raisonné :
  • souhaitent développer la labélisation et les certifications au sein de leurs exploitations : HVE, CRC ou encore Zéro résidus et Agri Confiance.