Vous êtes ici : Accueil > Agir sur le territoire > Aménager et gérer l'espace > Améliorer son parcellaire : on a tous à y gagner !

Améliorer son parcellaire : on a tous à y gagner !

Les flux rss du site Services proagri Pays de la LoireImprimer la page

Echange parcellaire : inciter les exploitants à restructurer leur exploitation et mobiliser les collectivités dans le cadre de l’environnement et des Plans climat air énergie territorial (PCAET)

Traditionnellement, le parcellaire agricole était concentré autour du siège d’exploitation et les trajets se limitaient aux voies communales ou aux chemins ruraux. On constate aujourd’hui un morcellement et une dispersion importante du parcellaire agricole, accompagnés inéluctablement d’un accroissement de la circulation d’engins agricoles. Cette croissance engendre de la dispersion et des surcoûts pour les exploitations mais aussi des difficultés de cohabitation sur les routes ou dans les traversées de villages. Les risques d’accidents sont notamment amplifiés.

Qu’est-ce que l’échange parcellaire ?

L’échange parcellaire est une démarche volontaire et amiable par laquelle les exploitants s’accordent pour échanger une ou plusieurs parcelles dans l’objectif d’améliorer les conditions d’exploitation. L’opération peut concerner deux exploitations (échange bilatéral) ou davantage (échange multilatéral). Chacun tirant un avantage de l’échange.

Les 3 modes d’échanges parcellaires

  • Echange de propriétés
  • Echange de baux
  • Echange en jouissance

Regrouper le parcellaire, quels intérêts pour moi ?

  • Optimiser votre pâturage
  • Mieux valoriser vos engrais organiques
  • Faciliter le suivi de vos cultures
  • Réduire vos déplacements
  • Réduire vos coûts de production
  • Gagner du temps
  • Faciliter votre transmission

Agriculteurs ou collectivités : la Chambre d’agriculture vous accompagne

La Chambre d’agriculture des Pays de la Loire intègre ces nouvelles problématiques et propose d’accompagner les exploitants dans leur démarche. Elle peut également aider les collectivités à lancer des réflexions avec le monde agricole sur les échanges parcellaires.

Et c’est bon pour l’environnement !

Un parcellaire contraint limite les agriculteurs dans leurs choix stratégiques et dans leurs pratiques. L’échange parcellaire constitue donc un levier très intéressant pour initier une démarche de diminution de l’impact carbone et environnemental des exploitations agricoles.

Au Bignon (44) en 2015 : échange parcellaire entre 8 exploitations, 175 ha échangés

L’impact environnemental a été chiffré sur les 5 exploitations laitières du groupe (146 ha échangés) : la surface totale en prairies a augmenté de 30 ha et 65 ha supplémentaires sont accessibles au pâturage par les vaches laitières. 1 400 mètres linéaires de haies ont également été plantés.

Echanges parcellaires multilatéraux : paroles d’élus et d’éleveurs - 3 min

Vos contacts

Téléchargez

Gérer les espaces de manière économe

Le saviez-vous ?

  • L’exploitation d’un îlot de 10 ha de culture de maïs situé à 5 km et à 10 km du siège d’exploitation représente respectivement un surcoût de 900 € et 1 600 €
  • Pour l’épandage de lisier, le coût et le temps passés sont multipliés par 3 en s’éloignant de 10 km

Des expériences abouties en 2020

  • Maché (85)
  • Bierné-Bouère (53)
  • St Hilaire de Chaléon (44)
  • St Père-en-Retz (44)
  • Campbon (44)
  • La Grigonnais (44)
  • Nozay (44)

Bilan en Pays de la Loire

  • 7 démarches finalisées
  • 33 exploitants ont échangé
  • 395 hectares en échange de baux principalement

Financeur