Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > Retour sur la journée "Parlons Bio" (53)

Retour sur la journée "Parlons Bio" (53)

Les flux rss du site Services proagri Pays de la LoireImprimer la page

dav

Le 21 mars dernier, une soixantaine d’élèves du lycée agricole de Rochefeuille (Mayenne) a assisté à une journée « Parlons bio », organisée en partenariat par la Chambre d’agriculture, le Civam bio 53 et le lycée agricole de Rochefeuille.

La directrice adjointe de l’Agence Bio Laurence Hohn a introduit la journée avec quelques chiffres reflétant l’évolution actuelle de la bio au niveau national.  Les élèves ont ensuite participé à des ateliers où ils ont pu échanger leurs points de vue avec des agriculteurs et animateurs, et parfois déconstruire quelques idées reçues. Par exemple, il a été question des techniques éprouvées en agriculture bio qui sont transposables en conventionnel, notamment sur la réduction de l’usage des produits phytosanitaires et l’utilisation du désherbage mécanique. Les filières (transformations et commercialisation) et le cahier des charges en agriculture biologique ont aussi été abordés. Après un repas 100% bio servi à tout le lycée le midi, trois témoignages sont venus illustrer la pratique de l’agriculture bio. Mathieu Virfollet, éleveur laitier bio, a présenté son parcours depuis sa sortie du lycée Rochefeuille, vers un système en bio depuis 2016, où le pâturage tient une place importante. Il a aussi été question de transformation des produits, de vente directe et d’organisation des débouchés avec Joël Gernot, du GAEC « de l’herbe au fromage ». Différents types de commercialisation des produits bio en Mayenne ont été présentés : magasin spécialisé (Biocoop), approvisionnement local (épicerie solidaire de Fontaine-Daniel), Restauration collective (Manger Bio 53) et vente directe.

Esther Lechevallier, Civam Bio et Brigitte Lambert, Chambre d’agriculture 53

Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture et le ministère chargé de l’environnement, avec l’appui financier de l’Agence Française pour la Biodiversité, par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophy