Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > L’affourragement estival avec un ensilage tardif de céréales-protéagineux

L’affourragement estival avec un ensilage tardif de céréales-protéagineux

Les flux rss du site Services proagri Pays de la LoireImprimer la page

Les années passent et l’affourragement estival devient de plus en plus précoce en saison. Une vraie stratégie fourragère est à mettre en place dans les élevages allaitants pour disposer de fourrages dès le début de l’été. L’ensilage tardif de mélange céréaliers-protéagineux CERPRO est une réponse possible.

Peu d’intrants, beaucoup de volume 

Cet ensilage tardif (30 à 35 % de MS), récolté en juin (stade laiteux-pâteux de la céréale), est un mélange simple d'1 ou 2 céréales : triticale, avoine avec un ou deux protéagineux, pois fourrager, vesce. Le rendement moyen observé depuis plusieurs années comme en 2019 est de 9 tMS/ha. Les valeurs alimentaires sont équilibrées et légèrement supérieures à un très bon foin (0,75UF et 9-11 % de MAT selon proportion protéagineux).

Avec une récolte tardive en juin, la technique d’implantation de CERPRO sous couvert de prairie permet d’éviter de se poser la question de quoi semer derrière. Il s’agit d’un semis simultané du mélange céréaliers-protéagineux avec une prairie à la mi-octobre (conditions d’humidité plus favorables à la levée). Cette technique permet un cumul supérieur de matière sèche la 1ère année d’implantation de la prairie grâce à une exploitation dès le premier automne derrière l’ensilage du méteil.

Rations simples mais avancer vite le silo

Cet ensilage pourra être distribué dès maintenant aux vaches en finition sous réserve d’ajuster la complémentation. A titre de repère, la ration journalière se composera de 2/3 d’ensilage de CERPRO + 1/3 de foin + 3 kg de céréales + 1 kg de tourteau de colza.

Distribué en plat unique aux génisses sevrées et vaches allaitantes avec leurs veaux, ce fourrage permettra d’économiser du foin (2019 : perte de 15 à 20 % en foin). L’inconvénient est la distribution de l’ensilage qui n’offre pas la même souplesse que le foin. Les lots d’animaux plus proches des bâtiments seront donc privilégiés. Un affouragement au champ reste toujours possible avec une désileuse mais le gaspillage sera plus important.

Comme tout silo il faudra gérer le front d’attaque en avançant chaque jour au minimum de 20 cm. Pour repère, un silo taupinière de 1 m de hauteur, de 6 m de largeur pour une densité fourragère de 190 kg de MS/m3, devra alimenter chaque jour au minimum 16 vaches.

Plus de souplesse et de sécurité dans son système fourrager

L’évolution de la saisonnalité des fourrages et de leur distribution, qui s’explique par une météo changeante, oblige à revoir son système fourrager. L’ensilage tardif de mélange céréales-protéagineux est un fourrage qui apporte plus de souplesse et de sécurité au système fourrager de l’atelier bovins viande, grâce à sa productivité et à sa faible variabilité de rendement. Cet ensilage est une clé pour faire face à de sévères sécheresses estivales qui pénalisent le maïs. L’adaptation au changement climatique passe sans doute par une diversification des fourrages stockés.