Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > Anticiper la récolte des maïs

Anticiper la récolte des maïs

Les flux rss du site Services proagri Pays de la LoireImprimer la page

Si le début de cycle du maïs était plutôt marqué par des températures inférieures aux moyennes et une bonne alimentation hydrique, les conditions de végétation ont brutalement changé depuis la mi-juin avec l’élévation soudaine des températures moyennes fin juin et la quasi-absence de pluies significatives depuis le 10 juin 2019.

Certes la remontée des températures a permis un "décollage" des maïs dans les premiers temps  mais a aussi mis rapidement à mal la réserve hydrique des sols. Si bien qu’aujourd’hui, pour bon nombre de parcelles en culture sèche, voire même en situation irriguée limitante et/ou sol superficiel, les maïs "végètent" et souffrent d’un cruel déficit hydrique. La demande climatique étant telle depuis fin juin, elle peut dépasser les 120-130 mm d’évapo-transpiration (du 25 juin au 17 juillet 2019), pour des semis de la mi-mai, avec des niveaux d’ETP constamment entre 6 et 8 mm/jour depuis 3 semaines.

Conséquence pour beaucoup de parcelles, la réserve utile est épuisée, et l’irrigation ne suffit pas toujours à couvrir la demande climatique. Et même si le maïs est une plante qui a besoin de chaleur et la valorise, en l’absence d’une alimentation hydrique correcte, la plante maïs, pourtant "rustique", n’est plus en mesure de poursuivre normalement son cycle végétatif.

Sans vouloir être alarmiste, il convient d’être réaliste aujourd’hui car on peut déjà craindre une perte significative de rendement liée à la capacité des maïs à produire du grain. En effet, pour la plupart des semis jusqu’à mi-mai et ce pour des indices précoces à demi-précoces, on est en pleine phase de floraison, et ce avec des températures élevées et des plantes en stress hydrique. On peut craindre pour la phase floraison femelle (émission des soies) et le niveau de fécondation, la programmation du nombre de rang étant déjà faite (stade 8-10 feuilles).

Il conviendra d’être particulièrement attentif dans la phase post floraison au nombre de grain attendu par m² résultant du nombre d’épi / m² et du nombre de grain / épi (1.33 m linéaire à 0.75 d’écartement), notamment au stade SLAG (stade limite d’avortement des grains) se produisant entre 15 jours et 3 semaines après la floraison femelle.

Mais tous les maïs auront-ils la capacité à fleurir, d’autant plus que les prévisions météorologiques ne laissent pas entrevoir de pluies significatives d’ici la fin du mois. S’il est prématuré pour faire un diagnostic au champ, quelques recommandations sont d’ores et déjà utiles pour anticiper la suite du cycle, à savoir :

  • Suivre de près la phase de floraison femelle
  • Dès le stade SLAG (5-10 août ?), évaluer le nombre de grains espérés / m², pour apprécier le niveau de rendement attendu
  • Surveiller l’état végétatif de la plante (niveau de dessèchement, capacité à revaloriser des pluies attendues)
  • Dès la mi-août, en fonction du potentiel grain attendu et de l’état végétatif, décider ou non d’une éventuelle récolte (cf. grille de décision dans le tableau ci-dessous)
Nombre de grain
Appareil végétatif
Absence ou peu de grains
(moins de 500 / m²)
500 à 1500 / m²Plus de 1500 / m²
Entièrement secRien à gagner, à distribuer en l’étatRien à gagner, à distribuer en l’étatNe pas attendre - Ensilage possible(1) immédiat
1 à 3 feuilles vertesRien à gagner, à distribuer en l’étatRien à gagner, à distribuer en l’état - Ensilage possible(1) immédiatAttendre l’apparition de la lentille vitreuse
4-5 feuilles vertes au-dessus et au niveau de l’épiRien à gagner, à distribuer en l’état - Ensilage possible(1) immédiat
 
Ensilage possible(1)  sous 4 jours - Attente possible si retour annoncé des pluiesAttendre, privilégier la maturité du grain par rapport à l’état des feuilles - Un retour des pluies sera bénéfique
Feuilles vertes au-dessus, au niveau et au dessous de l’épiA distribuer en l’état - Ensilage possible(1) sous 8 joursAttendre, privilégier la maturité du grain et surveiller l’évolution de l’appareil végétatifAttendre, privilégier la maturité du grain - A raisonner comme un ensilage 
classique

(1) Ensilage possible : ensilage délicat à réaliser. Peu intéressant pour les vaches laitières et à réserver à des animaux aux besoins modérés.

Source ARVALIS – Institut du Végétal

Par ailleurs et dès à présent, il est souhaitable de bien évaluer l’état de ses stocks fourragers par type de fourrages et leur destination en fonction des catégories d’animaux. Peut-être aussi faire du tri dans les animaux à nourrir et éliminer les moins productifs. Et au cas par cas, d’ores et déjà, envisager l’achat de maïs sur pied quand cela est possible ou autre produit de substitution.


Actualités régionales