Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités

Détail de l'actualité

Les flux rss du site Services proagri Pays de la LoireImprimer la page

Améliorer son cadre de vie (53)

Améliorer son cadre de vie et de travail en ayant un souci constant de prise en compte du paysage environnant, permet de véhiculer une image positive de son exploitation mais également de participer activement à l’image de marque de son territoire.

L’engagement dans cette démarche d’aménagement du siège impose un minimum de réflexion préalable. 

L’analyse consiste à appréhender l’ensemble du siège d’exploitation (ou site secondaire) du plus loin au plus près dans un souci de prise en compte globale du paysage avec une progression d’aménagement intérieur logique et cohérente.

 

 

L’exploitation dans son environnement

Il est nécessaire d’établir le lien avec la région pour éviter sa banalisation. Il faut réaliser l’analyse du site : vallée, coteau, bocage, végétation, bosquet, paysage ouvert ou fermé, forme de l’habitat… L’implantation du bâti dans ce paysage doit être identifiée : mi-pente, fond de vallée, ligne de crête, orientation des bâtiments (habitation et exploitation), végétation à l’approche des bâtiments (haies, arbres isolés, vergers, bosquets). Vérifier aussi la visibilité de l’exploitation dans le paysage (intégrée ou non. Y’a-t-il un équilibre entre le bâti et le végétal ? La forme et l’implantation de la végétation en place doivent également être prises en compte.

Trois questions avant de se lancer

Avant tout travaux, la réflexion s’impose. Quelle est la situation actuelle : type d’exploitation (laitière, porcine,…) ? Quels sont les projets d’avenir : agrandissement, mise aux normes, association, succession ? Où sont les problèmes techniques (distribution aliments, circulation des engins, passage du laitier, gros travaux…) ?

Du végétal pour atténuer les points noirs paysagers

Un projet d’aménagement doit permettre aux bâtiments de l’exploitation de mieux d’intégrer dans le paysage. Des haies, bosquets, vergers ou encore des arbres isolés (le tout à base d’essences locales) peuvent atténuer les volumes imposants et les points noirs. Pour les constructions, il faut veiller à l’utilisation homogène des matériaux et des couleurs. Le bois est un très bon outil car naturellement présent dans l’environnement immédiat, il assure une transition visuelle avec les bâtiments d’exploitation. Par ailleurs, il se marie très bien avec la pierre.

Amélioration des circulations sur l’exploitation

Aménager son exploitation permet d’améliorer la circulation des véhicules. L’objectif est d’éviter les superpositions de flux (matériel, bétail, voiture, camions). Un chemin d’exploitation permet d’atteindre cet objectif tout en dissociant l’espace de vie de l’espace de travail, améliorant ainsi le cadre de vie des exploitants. Un accès piéton peut également être envisagé entre l’habitation et l’exploitation. Dans le même registre, l’entrée de l’exploitation doit être matérialisée visuellement en hiérarchisant les différents accès par des plantations d’arbres ou par une différenciation des sols (pierre, sable, goudron…). 

Anticiper l’entretien

Avant de se lancer dans les aménagements, il faut également penser à leur entretien futur, un projet mal agencé peut rapidement devenir contraignant s’il nécessite un entretien conséquent. L’interdiction prochaine des produits phytosanitaires pour les particuliers concerne également les usages dans les cours de ferme. Il convient donc de réaliser les aménagements adéquats des zones peu utilisées, pourtours de bâtiments…

Pour en savoir plus, sur l’aménagement des abords d’exploitation, découvrez la fiche IV du Guide agricole pour la réduction des produits phytosanitaires.

 

Quentin VIÉRON - 02 43 67 38 90